vous invite à entendre le chant des Cumulards

lundi 4 juillet 2011

Abstenons-nous ?

Qu’il est révolu le temps des acclamations de la République, et comme il est loin le temps des trente glorieuses… Années d’opulences et d’engouement civique et libéral ! Il faut bien se rendre à l’évidence, car, OUI c’est une évidence, que nous courrons droit au mur dans la situation qui est la notre aujourd’hui !

Cela part d’un symptôme : l’abstention aux différents votes concernant nos institutions. Cela part d’un constat, le désintérêt manifeste du citoyen pour ce qui lui parait bien peu palpable dans les hautes sphères (et il a raison !) Cela aboutit à une conclusion, à un besoin vital même, il est grand temps de remuer la poussière pour faire de l’air pur dans la démocratie !

Blâmer les abstentionnistes, certains y ont pensé. Les comprendre, certains s’y emploient. S’il ne faut bien sûr pas les féliciter, nous pouvons au moins déceler derrière ces comportements quelques indices objectifs du défraichissement de la politique française.

Qu’y voyons-nous ?

Un ras-le-bol d’élire toujours les mêmes têtes avec toujours les mêmes promesses. Une intoxication insidieuse des esprits par les médias (lisez Schopenhauer et apprenez à discerner la langue de bois !) Rajoutez à cela un soupçon de condescendance des élus et un magnifique piédestal pour les y percher et vous comprendrez le pourquoi du ras-le-bol citoyen.

Mais surtout, observez attentivement et voyez cette volonté de participation pour obtenir des résultats concrets. Certains soutiennent la vie associative, d’autres les comités consultatifs et participatifs de quartier. Ce sont des actes éminemment civiques. Oh bien sûr tout il ne s’agit que d’une minorité encore, mais nettoyez la désillusion et combien se joindront à cet élan nouveau et émancipateur ?

Il ne suffirait que d’un peu de bonne volonté.

Quelques âmes ambitionnant moult rénovations du quotidien de leurs concitoyens. Des candidats qui porteraient réellement un message aux gouvernants… des candidats élus en partie au moins sous l’égide d’un mandat impératif !

Il suffirait d’éduquer les médias, de leur apprendre ce qu’est la déontologie et tout particulièrement le respect de la vie privée d’autrui, on expose bien trop d’inepties dans les journaux sous couverts de transparence. Qu’est-elle cette transparence si ce n’est une atteinte à la liberté de pouvoir jouir de ses biens et loisirs honnêtement acquis selon son bon vouloir ?

Il suffirait enfin de laisser le citoyen s’exprimer, et surtout de prendre ce qu’il exprime en considération sans condescendance, sans dénigrement, et sans tarder !

Alors oui, abstenons-nous de tout commentaire, et commençons enfin à agir pour faire changer ce monde qui ne nous sied pas ; ce monde enlisé par les oligarques « obèses » de nos impôts qui font de leur vie d’élu une longue, très longue vie de privilèges.

Agissons aujourd’hui, car demain ils ne seront plus là, et il n’y aura plus rien à apprendre d’eux. Mettons sur leur sièges de jeunes postérieurs dont leurs possesseurs empreints de nos idéaux seront, malgré leur inexpérience, le début d’un nouvel espoir de progrès… des trente glorieuses économiques, passons aux trente glorieuses humanistes !


Olivier TABUTIAUX

3 commentaires:

  1. Trente glorieuses mais pour qui ?

    Savez-vous que ces années "fastes" n'étaient que le juste retour de la reconstruction des pays après de longues années destructrices de guerre.

    Savez-vous que les salariés ont été obligés d'arracher un à un les acquis sociaux ? Alors, lorsque vous parlez d'opulence ...

    Vous préférez parler de trente glorieuses humanistes mais nourriront-elles, logeront-elles et donneront-elles un avenir ?

    J'en doute

    RépondreSupprimer
  2. Il est certain qu'il est bon de relativiser toute affirmation. Le rebond économique post-39-45 n'est bien sûr pas une aubaine pour tout le monde... Le format 1 page maxi figure un bon alibi pour mon non-développement. L'honnêteté quand à elle me fait avouer que je ne suis pas un spécialiste en histoire et que le but de cette introduction était de marquer une différence entre ce qu'il était possible de constater et le constat que nous faisons aujourd'hui... L'humanisme n'est pas en soit une théorie économique mais une appréhension globale de notre place dans l'écosystème. Se définir en société humaniste ne revient donc pas à nous imposer au monde mais à nous mettre en symbiose avec. Le logement, la question de l'alimentation vont de pair avec un progrès responsable et une attitude humaine écologique.
    Alors oui je me permet d'espérer les trente glorieuses parce que cet avenir est plus honorable pour l'Homme et plus décent pour sa descendance.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Olivier,

    Les Trentes glorieuses sont la conséquence heureuse et méritée d'une tragédie qui nous a placé du bon coté idéologique et a permis de conquérir des acquits considérés aujourd'hui comme irréversibles. Tous les pays européens, bien que situés dans le même camp des vainqueurs, n'ont pas eu cette chance et il leur a fallu patienter plus de trente années pas glorieuses pour la démocratie et attendre la chute du Mur de Berlin pour rejoindre le club des nations libres.
    Il serait bon que nos compatriotes n'oublient pas que l'Histoire a été bonne fille avec nous et que ne pas user de droits que d'autres ont conquis de haute lutte est une insulte à la liberté. Plutôt que nous morfondre sur les insuffisances de nos représentants, nous serions bien inspirés d'user de notre bulletin de vote pour les sanctionner et les désavouer par une participation massive aux scrutins ou par un nombre suffisant de votes blancs pour contester leur légitimité.

    RépondreSupprimer

Bonjour et merci de venir participer à la vie de Libr'acteurs en y apportant vos commentaires et contributions.

Après avoir validé ceux-ci, vous pourrez revenir à l'accueil du blog en cliquant ICI

En cas de problème contactez le Webmaster à l'adresse suivante : libracteur@gmail.com.