vous invite à entendre le chant des Cumulards

lundi 12 septembre 2011

De la crise à la convergence ?

La crise que nous vivons n’est pas une crise. Elle n’est que l’un des soubresauts d’une mutation que nous refusons de reconnaître. Elle est annonciatrice du pire comme du meilleur.

En ce sens cette crise de l’été 2011 pourrait favoriser une triple prise de conscience : les méfaits de la finance, la fragilité d’une organisation complexe où trop de décisions ont été abandonnées au privé, émiettées, balkanisées et où, par voie de conséquence, même les classes moyennes, et même supérieures, finissent par être victimes de ce système.

Pour autant, nous le savons, le retour du balancier vers le collectivisme ne serait qu’une nouvelle illusion qui ne ferait que reculer l’échéance d’un effondrement inéluctable.

Nous sommes donc condamnés, condamnation salutaire au demeurant, à concevoir un nouveau « contrat social ». Ce qui requiert de chaque citoyen qu’il renonce aux idées « toute faites ». Celles dont il n’a pas su s’affranchir jusqu’à ce bord de précipice.

Le citoyen de droite doit prendre conscience que son soutien, sa soumission même, au système libéral a raison de ses intérêts et qu’une économie plus régulée ferait son affaire.

Le citoyen de gauche doit prendre conscience que son soutien à un système bureaucratique a déjà eu raison de son désir de solidarité qui est illusoire sans responsabilité.

Je vois donc dans la crise une occasion à saisir avant qu’il ne soit trop tard. Car deux évolutions s’offrent à nous, l’une probable, l’autre possible.

L’évolution la plus probable, c’est celle d’un libéralisme aveugle qui s’enfonce toujours plus dans ses embardées. Là où l’efficacité économique nous a été tant vantée, nous risquons d’avoir des ressources humaines toujours plus considérables qui ne produisent rien. Jusqu’au chaos.

Comment ne pas finir par se dire que, même moins productives, ces ressources humaines pourraient produire plus de richesse et plus de mieux être ? Ce qui implique une volonté politique. Un choix, toujours discutable en démocratie, pour dire ce qui est essentiel de ce qui est futile ou superflu. Ce point est à mes yeux essentiel.

Une énergie considérable est consacrée à produire des nouveautés qui deviennent indispensables parce qu’elles deviennent de nouvelles addictions. Au détriment de besoins essentiels (enseignement, santé, sécurité, écologie, lien social…), au détriment des plus faibles, chacun, dans ses choix individualistes, espérant bien ne pas être dans le camp des faibles.

Est-ce une fatalité ? N’est-ce pas plutôt la porte d’entrée d’une possible alternative ?

Celle d’une sorte de socialisme de demain. Un socialisme qui doit nécessairement couper le cordon ombilical avec la bureaucratie, la titularisation, les régimes spéciaux, l’irresponsabilité et l’assistanat … Un socialisme qui s’approprie les méthodes de management, certes adoucies, dont l’entreprise privée a démontré la performance. Un socialisme qui pourrait convaincre l’électeur de droite qu’il est bien, lui aussi, de ce camp là.

Si la gauche (quelle gauche ?) veut être responsable, elle doit faire cette révolution. Celle qui lui permettra de dégager une forte majorité. Celle dont le poids est indispensable pour mettre réellement en œuvre l’alternative qui vient d’être évoquée.

Les idées et les hommes sont là. Encore faut-il qu’ils soient entendus.

Par exemple, dans cette actualité estivale, la publication par Edgar Morin de son ouvrage « La Voie » mérite une lecture attentive. Dans le même esprit et malgré une approche à mon sens trop « victimaire », Pierre Larrouturou formule une excellente analyse et des propositions intéressantes dans son dernier livre « Pour éviter le crash ultime ». Stéphane Hessel, aujourd’hui « auteur à succès » nous aura invités à nous indigner et, plus récemment encore, à nous engager…

Autant dire qu’un « Appel » de « Sages », solennel et pédagogique, recueillerait un écho auprès des esprits plus murs que jamais. Et également auprès de citoyens d’une Europe qui doit, elle aussi, réviser ses dogmes en profondeur.

Ne laissons passer cette occasion.


Christian LIEBER
Expert-comptable


Crédit photo
Wikimemoire

2 commentaires:

  1. LIBR'ACTEURS comte en ses rangs une somme d'expertises que vous pourriez mieux utiliser.
    Qu'allez vous faire en 2012 du capital de confiance accumulé depuis des années?
    Ce nouveau texte de Mr LIEBER s'ajoute a la liste déjà fort longue des billets et prises de positions qui vont dans le sens de l'attentede la grande majorité des citoyens.A qui allez vous donner tout ce capital?

    RépondreSupprimer
  2. Au niveau des sages pensez a JP DELEVOYE, Président de CESE, t homme qui semble vraiment être proche de vous.

    RépondreSupprimer

Bonjour et merci de venir participer à la vie de Libr'acteurs en y apportant vos commentaires et contributions.

Après avoir validé ceux-ci, vous pourrez revenir à l'accueil du blog en cliquant ICI

En cas de problème contactez le Webmaster à l'adresse suivante : libracteur@gmail.com.