vous invite à entendre le chant des Cumulards

mardi 22 novembre 2011

La joute a commencé !

Voilà une affirmation des plus évidentes par une tribu médiatique des plus provocantes !

Encore que cela soit vrai, ce dont il n'est pas question dans ce texte, voici une façon de présenter les choses en tant qu'observateurs alors même que cet observateur est à l'origine de ce mode de confrontation politique.

On nous parle de passes d'armes de telle façon que l'on voit les candidats comme des gladiateurs des temps modernes, armés de mots et prêts à tout pour atteindre leurs objectifs de carrière. Il se pourrait en effet, que ces gladiateurs soient les jouets du cirque !

C'est la prérogative principale des médias de diffuser l'information. C'est leur principale responsabilité de faire en sorte que celle-ci soit loyale et honnête ! Dans ces conditions, il n'est pas question de "fabriquer" de l'information mais seulement de la transmettre. Ce sont ces faiseurs d'information qui sont délétères pour l'image et la déontologie des médias... eux, et d'autres aussi. Car il existe plusieurs couches dialectiques en ce qui concerne le relais politique.

Tout d'abord l'information même qui découle d'une attente du public à satisfaire et qui inspire un politicien voire un parti. Comme toute formation collective aspirant à se développer, donner au public ce qu'il souhaite est la méthode la plus rapide pour grandir. On en vient à faire de la politique pour être au service du peuple alors même que ce que le peuple veut n'est pas forcement ce dont il a besoin. De l'irresponsabilité du concept à l'illogisme de sa mise en pratique, donner ce qu'il veut au peuple sans prendre en compte sa dimension raisonnable et en soit... déraisonnable.

Par la suite, la seconde couche est du ressort du politique lui-même qui habille de latin et de chiffres les désirs bruts du peuple pour s'en faire un glaive étincelant et partir à l'assaut des cotes de popularités. Bien sûr tous ne mangent pas du pain de l'ambition personnelle, mais que ce soit conscient ou non, le pouvoir est une drogue, l'influence, un flash d'héroïne ! Comment garder toute objectivité dans cette position des plus flatteuses. Etre au service du peuple et être porté par lui, pour son bénéfice individuel ou de manière désintéressée pour le bien du peuple.

Enfin, et c'est là que les médias entrent en lice, la dernière couche dialectique est peut-être la plus insidieuse. Elle se démarque par son apparente neutralité et son évidente toute-puissance ! Les médias se nourrissent de l'idéal de liberté absolue : la liberté de la presse, sa liberté de pouvoir clamer comme vérité absolue n'importe quelle vérité relative, sa liberté d'ôter toute substance à un évènement des plus significatifs, sa liberté de détourner l'information en l'habillant discrètement ou au contraire de manière tape-à-l’œil. Les médias sont les relais les plus puissants de l'information, je vous met en garde contre cette toute-puissance et vous invite à déceler le discours derrière le discours !

La dialectique est l'art et la science du langage. Elle permet de le manipuler comme un samouraï manie son sabre. Plus habile il est, plus fine sont les découpes et moins visibles sont les dégâts. Dans cette course à la présidentielle qui s'engage, nous ne manquerons pas de voir cette dialectique à l'œuvre. Inévitable puisque découlant du langage qui compose toutes nos relations quotidiennes, la dialectique n'est pourtant qu'un outil.

Mal employée , elle divise pour mieux régner ; bien employée, elle rétablit l'harmonie et la vérité. Il nous appartient, il en va de notre responsabilité de citoyen, de ne pas tomber dans les pièges évidents des promesses des uns et des annonces de autres. En toutes circonstances il nous faut un œil alerte et un esprit vif, doté d'un sens critique imperturbable. Il ne s'agit pas d'opposer la dialectique à la dialectique, mais de déceler ses artifices pour entrevoir derrière, le concept qui déterminera une piste de réflexion, un chemin vers le progrès, une autoroute humaniste vers la vérité et la sagesse.

Olivier TABUTIAUX


Crédit et copyright photo
Danybounz

7 commentaires:

  1. La dialectique est la science du langage, et vous ajoutez elle permet de la MANIPULER!
    Tout est là, il y a ceux qui manipulent et ceux qui ne disposent pas des cleés de elctures.c'est en cela que la croisade de LIBR'ACTEURS est utile.Merci

    RépondreSupprimer
  2. Difficile de croire que nous avons une presse indépendante quand on sait que le Président de la République a accordé en 2009 six cents millions d’Euros d’aide à la presse écrite en grande partie détenue par des groupes industriels dont certains passent des marchés avec l’Etat comme le montre un article de Médiapart qui est au passage un des rares journaux indépendants. http://blogs.mediapart.fr/edition/association-des-lecteurs-de-mediapart-alm/article/010209/faisons-le-point-sur-la-concen

    RépondreSupprimer
  3. Les piéges ne sont malheuresement pas évidents pour le plus grand nombre.
    En conscience comment peut il encore rester un seul électeur qui puisse accorder une once de confiance a EELV, quand on constate le marchandage pour quelques circonscriptions et l'ambition dévorante d'une petite secrétaire générale... et pourtant!

    RépondreSupprimer
  4. Eh oui dans notre société il est d'autant plus difficile de discerner le vrai du faux, le bon du moins bon du franchement mauvais... qu'il est impossible de se reconnaître dans l'absolu des normes sociales.
    Nous sommes des individus avant tout, et selon moi c'est à l'individu qu'il faut s'adresser pour faire changer la société... en bon, en mauvais, une fois encore cette appréciation dépend des points de vue !

    RépondreSupprimer
  5. Nous continuons a nous poser la question :"que comptez vous faire du capital de confiance accumulé par LIBR'ACTEURS depuis des années.Allez vous vous investir totalement?

    RépondreSupprimer
  6. Nous continuons a nous poser la question :"que comptez vous faire du capital de confiance accumulé par LIBR'ACTEURS depuis des années.Allez vous vous investir totalement?

    RépondreSupprimer
  7. runsesNous continuons a nous poser la question :"que comptez vous faire du capital de confiance accumulé par LIBR'ACTEURS depuis des années.Allez vous vous investir totalement?

    RépondreSupprimer

Bonjour et merci de venir participer à la vie de Libr'acteurs en y apportant vos commentaires et contributions.

Après avoir validé ceux-ci, vous pourrez revenir à l'accueil du blog en cliquant ICI

En cas de problème contactez le Webmaster à l'adresse suivante : libracteur@gmail.com.