vous invite à entendre le chant des Cumulards

lundi 1 août 2011

C’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures soupes !

La recette est simple, on profite de l’approche des vacances estivales, d’une session extraordinaire du Parlement, on trouve 11 députés (7 UMP et 4 PS) et on vote une loi le 7 juillet appelée « loi des honnêtes gens »

De quoi s’agit-il ? Vous trouverez ici les explications ou encore là , mais pour faire bonne mesure, citons des périodiques qui tiennent des propos plus nuancés, on ne mord pas la main qui vous nourrit .

Nulle part, une remarque de la presse grand public sur le côté institutionnel de ce vote, 6 députés sur 577 ( 6 oui, 1 abstention, 4 non) se sont arrogés des privilèges « régaliens » en demandant que soient désormais consignées les données personnelles, et pour certaines données intimes, des trois quarts de la population française sans qu’il y ait une publicité quelconque et que soit tenu un débat national sur un sujet aussi important dans le pays des Droits de l’Homme !

Certes, la question mérite d’être posée, l’actualité récente alimentant la peur sur la quelle surfe l’ex- ministre de l’Intérieur devenu depuis 2007 Président de la République, mais a-t-on le droit d’escamoter ce qui touche aussi profondément à notre devise « Liberté, Egalité, Fraternité » ?

Il est vrai que le gouvernement a connu un échec cuisant en 2008 avec le fichier EDVIGE qui permettait « de centraliser et d'analyser les informations relatives aux personnes physiques ou morales ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique », soit bien moins que les 45 millions de Français concernés en attendant que cette disposition s’adresse à la population entière.

Qui ne se souvient de la présomption d’innocence de Monsieur STRAUSS- KAHN ou de Monsieur Georges TRON et des cris d’orfraie des intellectuels engagés, il semble que nos élites et nos élus aient moins de scrupules pour garantir la présomption d’honnêteté de tout un pays.

Cerise sur le gâteau, cuisine électorale oblige, à cette première puce de nature à rassurer les « Français de souche », on en adjoint une seconde à vocation économique, on flatte le populisme d’un côté et l’on n’oublie pas le business de l’autre. Grâce au lobbying du GIXEL, cocorico c’est français, on va ficher les habitudes de consommation des Français, à qui profite le crime ? Quitte à ficher, utilisons les compétences de nos entreprises nationales.

Même la gauche pourfendeur infatigable de la politique sécuritaire de notre Président ne trouve rien à redire, espérant arriver aux affaires en 2012, elle a fait mieux, elle n’a fait aucune publicité sur ce vote, trop préoccupée qu’elle est par ses primaires pour trouver le temps de siéger à l’Assemblée Nationale. C’est d’autant plus étonnant que l’UMP ne cessait de crier au flicage pour la désignation du candidat socialiste Au-delà d’un débat philosophique et politique, c’est le fonctionnement de nos institutions qui est directement mis en cause autorisant 6 députés à voter une loi liberticide ou non à la majorité des présents sans règle de quorum, c’est un scandale démocratique absolu et, nous ne le répéterons jamais assez, la mère des réformes est celle de nos instituions.

Pour faire bonne mesure, l’auteur de ces lignes a entendu parler de ce projet aujourd’hui, 31 juillet lors d’un journal parlé d’une radio tunisienne, RTCI, qui s’étonnait de telles pratiques, c’est dire si nous avons besoin d’ouvrir les yeux avant qu’il ne soit trop tard et que la nasse se soit refermée sur nos libertés fondamentales.

Un récent article sur ce site titrait : « il faudrait que ce pays entre un peu en insurrection de l’intelligence », ce n’est pas un peu qu’il faut c’est beaucoup, et il est peut-être déjà trop tard. Dans un pays où l’abstention frise voire dépasse les 50%, il est à craindre que le pire soit devant nous.


Bernard MALAGUTI