vous invite à entendre le chant des Cumulards

dimanche 15 janvier 2012

Le Parrain et les parrainages

Un très grand nombre de lecteurs et sympathisants, qui partagent notre croisade pour une démocratie régénérée, nous questionnent sur les dessous du PARRAINAGE. Il s’agit bien effectivement de « dessous » et ils ne sont pas affriolants

Beaucoup connaissent le clan CORLEONE de la saga réalisée par Francis Ford Coppola, nous n’allons pas revenir sur un film reprogrammé hier sur une grande chaîne. Il nous inspire un parallèle avec une pratique aux relents mafieux : le blocage des parrainages pour les candidats à l’élection présidentielle. Un rôle en or pour Marlon Brando dans la peau d’un parrain en chef.

La loi fait obligation pour tout candidat d’obtenir 500 parrainages d’élus de 30 départements en remplacement de la précédente qui prévoyait 100 parrainages dans 10 départements. La réforme intervenue en 1974 avait pour but de limiter le nombre de candidats et d’éliminer les candidatures dites « fantaisistes ».

Énoncée comme cela, la réforme parait sensée, parce que si l’élection présidentielle est la « rencontre d’un homme ou d’une femme avec un peuple », c’est aussi un acte majeur de nos institutions qui réclame un peu de sérieux et de solennité. Mais quand on y regarde de plus près, on s’aperçoit que la réalité recouvre des intentions moins vertueuses destinées à protéger les grands partis et à éviter qu’émergent des concurrents qui viendraient manger dans leur assiette.

Parce que tout cela n’est qu’une affaire de gros sous. Les partis tirent l’essentiel de leurs ressources des élections législatives qui font suite à l’élection présidentielle et assurent à tout candidat qui réalise au moins 5% le remboursement de sa campagne ainsi qu’1,63€ par suffrage exprimé dès lors que le candidat est celui d’un parti qui a présenté 50 candidats ayant obtenu au moins 1% des suffrages.. Mais, cerise sur le gâteau, chaque élu national « rapporte » à son parti la bagatelle de 44 000€ par an.

Tout cela parait technique, mais vous allez vite comprendre : le financement public, c’est environ 73 millions€ dont 33 millions au titre des 1,63€ par électeur et 40 millions au titre des élus. En 2008, l’UMP a reçu presque 35 millions€ et le PS 24 millions€.

Quel rapport avec l’élection présidentielle et les parrainages, direz-vous ? Il est très simple, l’élection présidentielle est un formidable tremplin qui permet aux principaux candidats d’espérer des élus malgré une loi électorale qui favorise les arrangements et les alliances opportunistes.

Le citoyen lambda pourrait imaginer que la France comptant 36 000 communes et environ 40 000 parrains potentiels, il n’est pas difficile de trouver 500 maires de petites communes indépendants. C’est vrai dans l’absolu mais c’est sans compter avec cumul des mandats qui diminue le nombre de parrains possibles. C’est également oublier qu’une commune fait souvent partie d’un syndicat intercommunal financé en grande partie par le département et la région, instances hautement politisées qui peuvent facilement favoriser telle ou telle commune qui « agit bien » et assurer la réélection du maire. Tout le monde tient tout le monde, d’autant que le parrain est nommément désigné dans le dossier remis au Conseil constitutionnel. Une forme de terrorisme démocratique organisé.

Notre époque gagnant en transparence et en cynisme, les deux partis principaux ne se gênent plus pour agir à visage découvert. Ainsi, Marine AUBRY, première dame du P.S. a adressé en décembre dernier un courrier à ses élus précisant qu’il est nécessaire «Qu'aucun parrainage d'élu socialiste et républicain ne manque à notre candidat.» et l’UMP a su faire pression sur Jean-Louis BORLOO pour le convaincre de renoncer à sa candidature et préserver la dotation de 1 million€ que verse l’UMP au Parti Radical. Récemment, Christine BOUTIN qui accuse l’Élysée de faire obstacle à l’obtention de ses parrainages a menacé de sortir « une bombe atomique » qui serait de soutenir au autre candidat, pourquoi pas François BAYROU, ambiance !

Que dire des autres CHEVÈNEMENT, LEPAGE, ARTHAUD, POUTOU ,DE VILLEPIN, DUPONT-AIGNAN et peut-être même Marine LE PEN, pour qui c’est dur parce qu’ils n’ont pas ou peu d’élus, et qui risquent tout bonnement de ne pouvoir faire valider leur candidature le 16 mars prochain aboutissant à l’exclusion d’une fraction importante de l’électorat.car c’est de cela dont il s’agit si l’on se fie aux sondages premier tour , le trio SARKOZY,HOLLANDE,BAYROU, avec l’ineffable JOLY, et le charmant MELENCHON cela donne en gros 70% des intentions, et laisserait donc 30% de citoyens sans véritable choix.

Vous comprenez mieux, cher lecteur, pourquoi les deux grands partis, en verrouillant la quasi-totalité des parrainages possibles, confisquent la démocratie et usent de pratiques que ne renierait pas le Parrain.


Les Libr'acteurs

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bonjour et merci de venir participer à la vie de Libr'acteurs en y apportant vos commentaires et contributions.

Après avoir validé ceux-ci, vous pourrez revenir à l'accueil du blog en cliquant ICI

En cas de problème contactez le Webmaster à l'adresse suivante : libracteur@gmail.com.