mercredi 2 janvier 2008

Pakistan et politique européenne

2007 aura été l'année de tous les dangers en ce qui concerne l'instabilité socio politique mondiale surtout en ce qui concerne le mode musulman. La Pakistan aura été plus particulièrement touché.

Laissez moi vous citer cette phrase : "Toutes nos pensées, toutes nos prières vont à ceux qui ont donné leur vie (...) " Cette phrase émouvante est de Benazir Bhutto, prononcée lors de son retour au Pakistan.

Le Pakistan où elle a laissé la vie après un attentat qui a également tué 20 personnes. Si ce pays revient régulièrement sur le devant de la scène médiatique, il est très mal connu des français et européens en général.

Le Pakistan, à l'extrême Est de la vaste région musulmane qui va du Maroc à l'Inde est une terre d'insécurité. Selon les régions et les ethnies, la culture et la pratique musulmanes s'y expriment différemment. Le Général Musharraf s'efforce, en s'appuyant sur l'armée, de préserver son pouvoir sans grand respect des Droits de l'Homme et de la démocratie, en ménageant les exigences sécuritaires Américaines ... et l'influence grandissante des Islamistes proches des Talibans et d'Al-Quaida !

Le Pakistan hésite entre le maintien d'une autocratie militariste avec Musharraf , l'avènement d' une démocratie moderne que préconisait Benazir Bhutto et l'archaïsme islamiste auquel aspirent les terroristes .

La situation du Pakistan est, pour toutes ces raisons, beaucoup plus préoccupante que ne l'est celle de l'Iran et beaucoup plus menaçante pour la paix mondiale que ne l'était début 2003 l'Irak de Saddam Hussein .

Hélas, cette situation explosive est le fruit d'une accumulation d'erreurs politiques et stratégiques de Washington, sur lequel, malgré tout et faute d'alternative, Benazir Bhutto pensait encore pouvoir compter.

Faute d'une analyse géopolitique européenne du Pakistan et de sa région et surtout faute d'une diplomatie de l'Union Européenne, celle-ci n'est, pour le moment, que spectatrice d'un drame potentiel majeur qui pourrait embraser tout son voisinage du Sud-Est.

Il y a tout lieu de penser que par le nouveau traité, l'Union pourrait exprimer sa politique extérieure institutionnellement d'une seule voix . A la condition qu'elle ait la volonté politique ... d'en avoir une.



Eric Campion

2 commentaires:

  1. Bonjour,

    Que prévoit le traité simplifié en matière de politique extérieure ?

    RépondreSupprimer
  2. Libr'acteurs4 janvier 2008 à 10:28

    Quelques éléments de réponse :

    "Concernant la politique extérieure justement, l'idée d'un ministre européen des Affaires Etrangères a été abandonnée au profit de l'actuel "Haut représentant" dont les prérogatives sont toutefois augmentées. Ainsi, il siègera en tant que vice-président à la Commission européenne et présidera le conseil des ministres des Affaires Etrangères de l'Union. Surtout, il disposera d'un véritable "service d'action extérieure" composé de fonctionnaires et de diplomates détachés par les Etats membres. Le traité simplifié implique également une clause de solidarité en cas d'agression de l'un des Vingt-Sept"

    Vous trouverez également des informations en cliquant sur le lien suivant : Traité de Libonne

    RépondreSupprimer

Bonjour et merci de venir participer à la vie de Libr'acteurs en y apportant vos commentaires et contributions.

Après avoir validé ceux-ci, vous pourrez revenir à l'accueil du blog en cliquant ICI

En cas de problème contactez le Webmaster à l'adresse suivante : libracteur@gmail.com.