vous invite à entendre le chant des Cumulards

lundi 13 octobre 2014

INSTITUTIONS : LE PREALABLE ABSOLU !


Si le jeu des campagnes électorales accapare encore l’attention au cours des prochains mois avec des cantonales précipitées et des régionales redoutées, il demeure que le besoin d’une vrai réflexion, profonde, sur le fonctionnement de nos institutions est un sujet tout aussi important pour les générations futures et une ardente obligation pour le citoyen acteur !

Car c’est bien le dysfonctionnement de notre démocratie qui met à mal la cohésion nationale et le sens du collectif, qui devraient pourtant guider la manière de conduire les affaires.

Modifier à la marge les institutions ne suffit plus ; il faut repenser notre démocratie.

Le bipartisme qui régit aujourd’hui notre vie politique ne respecte pas le pluralisme politique, et conduit à privilégier les arrangements tactiques aux véritables débats de fond.

Toute remise en cause profonde du système est ainsi rendue impossible.

Or pour que les français aient confiance dans le système, pour qu’ils se réapproprient la démocratie, il faut véritablement remettre ce système en cause et proposer des changements d’orientation majeurs :
  • Doter la France d’un régime strict de séparation des pouvoirs, fondé sur un rapport de force équilibré entre exécutif, législatif et judiciaire (une première en France pour ce dernier point).
  • Doter le Parlement de compétences plus fortes en matière d’élaboration de la loi, d’un véritable pouvoir d’investigation et d’enquête et d’un large pouvoir de contrôle de l’action de l’exécutif.
  • Supprimer au Président de la République le droit de dissolution du Parlement
  • Faire disparaitre pour le Parlement la possibilité de renverser le gouvernement

Ne pouvant plus contraindre le Parlement par la menace de la dissolution, l’exécutif devra au contraire expliquer et convaincre pour pouvoir bénéficier des crédits nécessaires et obtenir le vote des lois indispensables à l’exécution de sa politique.

L’exécutif de son côté, devra motiver ces décisions devant un Parlement plus fort, véritable responsable du contrôle de l’action politique.

Ces changements d’orientation dans le mode de fonctionnement de notre démocratie devraient s’accompagner d’une représentation nouvelle des citoyens et de la société civile, distincte de la représentation politique classique, tant par ses objectifs que par les moyens mis en œuvre.

C’est au prix d’une réflexion poussée sur ces nouvelles orientations, et de leur mise en œuvre, que les citoyens retrouveront confiance en la politique et en notre démocratie.

C’est là, a nos yeux, le principal enjeu des mois à venir, pour le bien de nos enfants et des générations futures, préalable absolu, pour autoriser les vraies réformes indispensables pour notre jeunesse, sa santé, son éducation, son emploi et sa sécurité !

Laurent PETITBON

jeudi 9 octobre 2014

"La Stratégie du Myope"



Depuis plusieurs élections présidentielles et notamment celles de 2007 et 2012, le citoyen s'est rendu compte de la pauvreté des Programmes Politiques et surtout de l'absence de vision de nos gouvernants.
Les défis majeurs mondiaux et nationaux sont pourtant là, à la connaissance de tout le monde. Prenons quelques exemples:
  • Changement climatique et les réfugiés climatiques
  • Augmentation de la population mondiale et les tensions que cela va engendrer sur l'agriculture, le logement, l'emploi, le développement des villes, la demande croissante en énergie, en eau, ...
  • Aller vers une économie alliant le mix énergétique, l'énergie verte, propre
  • Dans cette mondialisation, quel système éducatif, de santé, souhaitons nous ?
  • Quelle stratégie pour réindustrialiser la France ? l'Europe ?
  • Rôle de la France dans le Monde et au sein de l'Europe

A l'évidence aucun Homme politique, aucun parti ne sait ou ne veut mettre en place une vision globale, un sens de direction à horizon 10 et 20 ans, permettant la mise en place de stratégies économiques, sociales, éducatives, ..
 Or de nombreux pays dans le monde ont bâti des stratégies et un sens de direction clair.

Mes voyages professionnels notamment en Afrique, en Inde m'ont permis de constater que les Politiques au pouvoir ont tous défini une stratégie Économique allant dans le sens de la vision définie à Court, Moyen et Long terme. Ainsi le 1er ministre de Côte d'Ivoire a clairement expliqué sa vision guidant toute sa politique économique, visant à faire de son pays à Horizon 2020 un pays émergent !

D'autres pays bâtissent des visons communes. Ainsi 5 pays de l'Afrique de l'Est (Kenya, Ouganda, Tanzanie, Rwanda et Burundi) ont développé cette vision à horizon 2025 visant à créer un marché commun (sur le modèle Européen) et permettre ainsi le développement de cette zone géographique.
Le nouveau Premier Ministre Indien a notamment été élu sur son projet économique et sa vision de faire de l'Inde un nouveau Gujarat. (un État Prospère, en forte croissance, en industrialisation forte et des Universités de pointe et reconnues, ...).

Les classes politiques des pays Européens et notamment de la France ne regardent pas plus loin que le bout de leurs intérêts. Face à une population et à une société civile de plus en plus et de mieux en mieux informées, les Hommes politiques ne présentent aucune vision et aucun sens de direction.
Se sont ils posés les questions, ont ils réfléchi à tout cela. On ne les sent guider que par la prochaine élection ou réélection. Rien à l’horizon, A part quelques gesticulations médiatiques.
Beaucoup de temps perdu. L'Heure du Réveil a sonné depuis longtemps, mais personne ne bouge.
C'est bien dommage !!!!

Franck. NOURMAMODE

lundi 6 octobre 2014

Dans le mur en klaxonnant !

La société française est usée et sérieusement abîmée !
Usée par un personnel politique, consanguin, mu par une seule ambition, rester dans l’assiette au beurre le plus longtemps possible !
Usée par l’échec avéré de notre politique d’éducation, qui a abandonné les principes de base à  inculquer, pour permettre une construction collective ambitieuse compatible avec le monde nouveau !
Usée par l’égoïsme ambiant et par des successions de lâchetés et de démissions à tous les niveaux, famille, école, pouvoirs politiques, sociaux ou intellectuels !
Usée enfin et peut être surtout par des crédos d’un autre âge, tirés de notre cartésianisme et portés par une phraséologie éculée, dont le sens des mots, très loin de l’acte, est inconnu des générations actuelles.
Cela et plus encore conduit a l’abstention, a la défiance généralisée, et a des scrutins qui voient élire ici des vieux chevaux de retour, a la robe légèrement tachée, là de jeunes ambitieux, véhiculant des relents suspects dans les plis de la supposée fraîcheur !

La société se fissure car à trop ignorer les réalités, elle exaspère et lasse la patience et le vrai courage citoyen.

*Réalité de l’insécurité, qui touche inégalement la ville et la campagne, la ville bourgeoise ou la ville ouvrière, le travailleur qui prend le métro ou celui qui roule seule dans sa voiture ou celle de fonction. Ici le remède passe par le sens des règles et leur utilité, et à la suite, quand les règles sont connues, par une répression sans faiblesse.

*Réalité d’un capitalisme miné par une finance aveugle et impatiente, qui affiche jour après jour son arrogance. Le remède réside sans doute dans un contrôle des managements mercenaires, et une taxation forte des mouvements de capitaux d’opportunité.

*Réalité de citoyens surprotégés, dans un modèle social désormais intenable car non finançable .Il faut s’interroger calmement sur les statuts des fonctions publiques, hypertrophiées et crispées dans leur corporatisme. Il faut savoir que chaque fonctionnaire recruté, est une dette inscrite au grand livre de la dette publique, au moment ou celle-ci consomme prés de 100% de notre PIB !

*Réalité de l’intégration manquée qui voit des français issus d’immigrés, en 3eme génération, non intégrés par l’école,  l’emploi ou le logement et qui dérivent vers d’autres certitudes ! Une instruction civique renforcée s’impose, au même titre qu’une forte discrimination positive indispensable un temps.

*Réalité enfin d’une France de vieux, qui votent avec des réflexes « soixante-huitard », qui détiennent une sécurité matérielle et qui redoutent le jeune. Le citoyen retraité à par rapport au jeune le même comportement que le salarié du public par rapport a celui, autrement exposé, du secteur privé .La solution c’est peut être le droit de vote a 16 ans, ou des pondérations par collèges démographiques, pour gommer la sur représentation de nos seniors….dont je suis !


R .HASSELMANN


jeudi 25 septembre 2014

CONNIVENCES !



Pour l'auditeur attentif, le seul moment vrai de l'intervention d'un ancien président de la République, a été ce cri du cœur " être ministre de la république cela s'apprend........" à propos du menu dérapage d'un jeune Ministre "banquier".
Moment vrai car ce faisant, le candidat à la candidature rejoignait l'actuel Président de la République, balayant d'un revers de main l'utilité de Ministres issus de la vraie vie, aux motifs que la politique est un métier sérieux et trop compliqué pour qu'on le laisse......aux citoyens !

Circulez il n'y a rien à voir, il importe de rester entre nous, en jouant sur les peurs et l'ignorance du plus grand nombre, pour pouvoir continuer à plaisanter entre amis à la buvette de l'Assemblée ou du Sénat.

Nous avons créé LIBR'ACTEURS, forts de nos parcours, observations et analyses, pour rendre le citoyen acteur de son destin, empruntant à ARISTOTE, pour qui le citoyen doit être tour à tour gouvernant et gouverné. Nous avons dénoncé avec d'autres, le caractère pernicieux des partis politiques, machines à egos et à combines, lassant de plus en plus la bonne volonté et la conviction militante.

Nous avons forgé le concept de l'écologie citoyenne, et de la citoyenneté active, pour donner aux citoyens des clés de lecture, et une capacité d'exercice du libre arbitre, en dehors de la géométrie DROITE/CENTRE/GAUCHE, obsolète et entretenue pour le seul confort des vieux acteurs en place et des commentateurs complices.

Nous avons lu avec intérêt la saillie d'une ancienne Ministre socialiste, déléguée au grand âge, dénonçant l'absence d'expérience de la vraie vie, de la quasi totalité du personnel politique français. Elle préconise à l'électeur, avant de glisser son bulletin dans l'urne, de situer le parcours de l'impétrant pour éradiquer sans faiblesse les rejetons du système.
Sage conseil, qui va pénaliser lourdement les partis, ou les candidats sont avant tout des cumulards de mandats, des permanents politiques arrivés à maturité "supposée", des fonctionnaires en mal d'ascenseur social, voire quelques syndicalistes en quête d'une nouvelle vie!!!

Dans le même temps il conviendra de se méfier, de la floraison de mouvements et autres rassemblements, qui jouent sur l'effet d'aubaine, en affichant une volonté forte de donner les voix et ouvrir la voie à la "Société Civile", mais se révèlent animés par des politiques, cherchant une virginité ou un second souffle, dans les plis d'initiatives, portées par des citoyens de bonne foi.

Le pays a besoin d'une mobilisation des talents et des expertises, pour repenser notre cadre institutionnel, pour refonder notre modèle social, pour réfléchir à notre stratégie géopolitique, pour rendre à  l' Etat son rôle stratège, et le recentrer sur les vraies mission régaliennes. Ces missions qui sont celles de l'intérêt général......ce que le plus grand nombre est prêt à partager!

Pour piloter cela, avec une représentation nationale régénérée, il reste à identifier une personnalité solide et cohérente, qui ne serait pas, le produit d'un sectarisme partisan et dogmatique, ou le fruit d'une envie de  ……« REVENEZ-Y » !

dimanche 7 septembre 2014

INDEPENDANCE !!



Nous le savons tous depuis des années et même si on ne veut pas voir la réalité en face, la France est au bord du précipice. Depuis longtemps, l’automne est implanté en France avec son cortège de pluie, de vents, de temps maussades et incertains.
Sur le plan économique et social, tous les budgets sont en déficits, plus aucun indicateur n'est au vert.
Le système social est à bout de souffle, c'est la fin de l'état Providence.

Dans un papier précédent (datant de 2007), j'avais déjà évoqué ce thème. Face à cette situation, le citoyen acteur de son destin et responsable doit anticiper la fin de l'état providence .

Pour avoir cette indépendance, nous devons alors nous préparer et préserver dès à présent les
3 Capitaux majeurs:

- Capital Santé: prendre en mains sa santé, en pratiquant du sport, en surveillant
son alimentation, en faisant les check up réguliers.
le but est de se maintenir en bonne forme le plus longtemps possible, et de s'éloigner des maladies sérieuses (diabète,
cholestérol,...).
Il faut également savoir se soigner pour les maux du quotidien.
la "Bobologie" étant de moins en moins rembourser.

Une bonne santé tout au long de la vie permet de faire face aux
challenges de la vie, de bien vieillir.

- Capital Education: On ne gardera plus le même emploi tout au long de sa vie
professionnelle. Dans un monde mondialisé en perpétuel
changement, l'acquisition de nouvelles connaissances et
compétences est la base nécessaire pour la flexibilité et le
maintient de son employabilité.
Le citoyen, acteur de son destin, doit donc se montrer volontaire
pour s'accaparer le life long learning. Les entreprises doivent
absolument former leur collaborateurs pour l'acquisition de
nouvelles compétences.

- Capital Financier: Le citoyen acteur ne doit plus compter sur l'Etat Providence.
L'incapacité et l'impossibilité de l'Etat de faire face à ses
devoirs met en péril le bien être de chacun. La baisse inéluctable
des remboursements médicaux, des prestations sociales, des
retraites, impose au citoyen d'être responsable et de se donner
les moyens de ne plus dépendre des prestations. Il faut anticiper
ces aspects financiers avec clairvoyance. Il y a de nombreux
moyens pour y parvenir, que je détaillerais dans un prochain
billet.

Le citoyen doit donc se prendre en mains de toute urgence et de tout mettre en œuvre pour conquérir son indépendance et pour préserver, renforcer et développer les 3 Capitaux.

Franck. NOURMAMODE
 

lundi 1 septembre 2014

LA ROCHELLE …….LES SOCIALO-FOLIES !


Les universités d’été du PS viennent de plier leur chapiteaux ou leurs multiples chapelles à courant d’air, et chacun aura trouvé dans l’auberge « ibérique » bien achalandée ce qu’il venait y chercher, sorte de FRANCO-FOLIES chères à JL FOULQUIER..

En cela, le PS ne déroge pas aux certitudes des partis épris de centralisme démocratique, qui continue à faire comme si. Partis cadenassés par les apparatchiks et les écuries et courants, les ambitieux persuadés de leur destin messianique et autres petits courtisans, qui viennent chercher dans les appareils un ascenseur social, que leurs menus mérites leur interdit dans la vraie vie !Partis minés par des rivalités et antipathies, qui se révèlent au grand jour et à bicyclette !!!

Pendant ce temps, la cote de l’exécutif continue à baisser, pendant ce temps 87% des français crient leur défiance vis-à-vis du personnel politique, qui est encore plus honni que le syndicaliste ou le journaliste, pourtant déjà largement « habillés pour l’hiver » ! Pendant ce temps, l’abstention grandit et les votes extrêmes servent de refuges.

Alors me direz vous, quel remède, et à quoi cela tient-il ?

LIBR’ACTEURS, travaille sur la régénération démocratique depuis de longues années, et pratique systématiquement le « micro-trottoir » ici et là. Nous en tirons la conviction que la cause première de cette désaffection croissante, tient au manque d’informations claires du peuple, à son manque d’éducation économique de base, et a la fâcheuse tendance qu’ont les politiques, les syndicalistes et les médias, a faire de la rétention de données ,a arranger les résultats dans le sens qui les arrange, et comme nous l’avons souvent dit à donner a croire que la France peut avoir raison contre la terre entière.

Les exemples foisonnent qu’ils tiennent à la performance de notre éducation nationale, aux caractères « représentatif » de nos syndicats, et bien sur a notre capacité a résorber notre déficit budgétaire……sans juguler notre dépense publique improductive !

Il nous paraît donc très urgent d’œuvrer dans 2 directions, si l’on veut faire comprendre et accepter par le plus grand nombre les efforts qu’il va falloir consentir, et qui de toute manière vont nous être imposés a court terme.

Dans un premier temps il faut ouvrir les mécanismes économiques au plus grand nombre, en vulgarisant le propos par le biais notamment de la mobilisation des grands médias audiovisuels. Les mécanismes peuvent être expliqués, leur interdépendance démontrée, et l’utilité de telle ou telle mesure éclairée à l’aune d’obligations collectives .Ainsi instruit le peuple pourrait resituer les vraies responsabilités et les vrais pouvoirs et ne pas se tromper de bouc émissaire. Il comprendrait ainsi que désormais la globalisation mondiale, a réduit mécaniquement l’influence de la France, que la robotisation de la finance sans frontière rend les marchés plus puissants que les états et qu’une nouvelle forme de comportement dans nos modes de productions et de consommation est la seule réponse valide !

Dans le même temps, à l’heure du « peuple connecté » il faut ouvrir les bases de données (data) au plus grand nombre, pour impliquer tous ceux qui le souhaitent et ne pas se cantonner dans un petits cercles de « sachant ».

Nous pensons que l’accès a toutes les données permettrait des conventions citoyennes de proximité fécondes, mais surtout la puissance innovante de l’initiative individuelle, viendrait challenger utilement les visions consanguines de corps intermédiaires dépassés. La vraie démocratie de proximité est possible, c’est d’elle qu’émergera demain une nouvelle race de citoyens, qui acceptera de porter pour un temps, les reformes courageuses que la majorité « silencieuse »est prête à accepter. La seule consolation est peut être de se dire qu’il est heureux d’avoir un gouvernement social libéral, pour préparer autre chose ! Mais social libéral, libéral social, social démocrate, ou crypto gauchiste, foin de sémantique, agissons !


R HASSELMANN (31.08.14)

Crédit Photo :Marylène EYTIER

mardi 26 août 2014

CONSCIENCE DE LA TERRE !

Réunis à PESSAC, EELV s'attache à faire comme si l’Écologie politique sait où elle va !
Vous lirez, à toutes fins utiles, le papier de C.LE PAGE ici :
http://www.liberation.fr/politiques/2014/08/21/40-ans-d-ecologie-en-france_1084337?xtor=rss-450  parfaite synthèse et mise en perspective.

Certains le savent, à titre personnel, mon engagement en la matière remonte aux années 60, par le biais du scoutisme, ma rencontre avec P RAHBBI en CEVENNES (Les VANS) et mon combat pour éviter de voir la VALLEE FRANCAISE et le gardon de MIALET défigurés par le barrage dit de LA BORIE. Créateur d'une des premières associations agrée environnement cadre de vie, PAUSSAN ANIMATION INFORMATION SITE (PAIS), j'ai suivi avec attention la montée d'une écologie portée par R DUMONT, et vite perçu les dérives liées au mimétisme partisan.

Aujourd'hui l'inconduite de C DUFLOT, les outrances de J.V PLACE et un comportement opportuniste et électoraliste de beaucoup, me conduisent à inciter le plus grand nombre à ne plus parler d'écologie politique, mais de"conscience de la terre", notion forgée par LIBR'ACTEURS qui prend toute sa valeur et que je dévoile dans mon dernier billet sur LE CERCLE des ECHOS ici http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-107705-gouverner-cest-faire-croire-1034804.php

ÉCOLOGIE, le terme est usé et galvaudé, identifié comme un repère de gauchistes, nostalgique du grand soir et en retard d'une transition.
POLITIQUE , le terme traîne le parfum des combines partisanes, des apparatchiks, et autres leaders opportunistes.

CONSCIENCE DE LA TERRE, c'est le vrai socle fondamental qui couvre tout, et doit conduire demain un vrai projet de gouvernement. Cette conscience de la terre, c'est comprendre que ses surfaces sont menacées, ses ressources naturelles non inépuisables, sa démographie mal appréhendée, son climat affecté par l'empreinte de l'activité humaine, son équilibre géo-politique troublé par le sectarisme religieux.
Sur ce constat, réaliste et documenté, nous avons dégagé, lors de nos réflexions estivales 2 priorités, la prise en compte de notre jeunesse et des générations futures d'une part et l’impérieuse nécessité d'une nouvelle approche de la relance économique, en intégrant la transition énergétique et une vraie métamorphose de notre production industrielle et de notre consommation d'autre part.
La réforme du cadre institutionnel (non cumul, vote blanc,proportionnelle, citoyenneté active...) est un préalable, instrument indispensable pour se donner des citoyens qui porteront, pour un temps précis, les missions dont il s'agit. Citoyens issus du terrain, de la proximité, de la vraie vie, celle où l'on sait ce qu'est l'instabilité de l'emploi, l'angoisse du carnet de commandes, le poids des dépenses contraintes, le stress de l'insécurité notamment.

Voilà notre feuille de route, elle est ouverte à tous celles et ceux qui s'y retrouvent, individuels, ou mouvements et associations qui œuvrent dans le même esprit.
Notre espace  http://libracteurs.blogspot.fr/ vous attend pour un message, comme nos adresses @ : rhass@hotmail.fr ou libracteur@gmail.com.

Bonne rentrée à toutes et tous, merci de relayer, pour éveiller l’Intérêt des talents que recèle notre pays qui mérite mieux que ce qu'on en fait !
Cordialement,
HASSELMANN.R
Président,
"LIBR'ACTEURS"
                
pour un citoyen acteur de son destin!