vous invite à entendre le chant des Cumulards

vendredi 11 avril 2014

Se suicider, n'est plus un verbe essentiellement pronominal

  
Référence initiale : Lettre du CEERE avril 2014

 Au rang des grandes questions sociétales, celle de la fin de vie, LIBR'ACTEURS donne ici à lire et à réfléchir avec une analyse, qui, à bien y regarder, interroge le libre arbitre, et par conséquent l'exercice de la démocratie.


Se suicider, n’est plus un verbe essentiellement pronominal.

La conférence de citoyens organisée le 13 décembre 2013 à Paris par le CCNE sur la fin de vie à fait surgir de l’inattendu dans le débat sur le suicide assisté : se suicider ne serait plus un verbe essentiellement pronominal. 
En français, ces verbes ne peuvent se construire qu’avec un pronom réfléchi signifiant que l'action qu’ils définissent est exercée par le sujet sur lui-même. Ils n’ont de ce fait pas de forme passive. Ainsi, on peut s’évader ou s’évanouir mais on ne peut pas « évader » ou « évanouir » quelqu’un. 
Se suicider fait partie des verbes essentiellement pronominaux, mais à un tel degré qu’il l’est deux fois en raison d’un pléonasme qui s’est glissé lors de sa création. D’après ses racines latines « sui » soi-même et « caedere » tuer, le verbe signifie, par sa structure même, que c’est « soi » qui agit contre « soi » pour donner la mort. Pour le dictionnaire Littré « Suicide équivaut à soi-meurtre ; se suicider équivaut donc à se soi-meurtrir. » Or, voilà que ce verbe obstinément pronominal, est l’objet d’une subversion grammaticale opérée par 12 des 18 membres de la conférence de citoyens. Selon eux, Le suicide médicalement assisté existe dès lors que la volonté de mourir a été exprimée par la personne (volonté attestée médicalement, assistance et administration ou non par un tiers.) Ils précisent :  Nous distinguons dès lors deux possibilités : les personnes en capacité de réaliser cet acte et celles qui ont besoin d’une assistance. 
Ainsi, la mort donnée par un tiers à une personne atteinte d’une maladie incurable qui en pleine conscience a manifesté la volonté de mourir, ne serait plus l’euthanasie comme définie aux Pays Bas, mais un suicide assisté. Il serait désormais possible de « suicider » quelqu’un, admettant par là que l’action contre « soi » ne serait plus faite par « soi ». Pourtant, en juin 2013, le CCNE dans l’avis N° 121 estimait à propos de l’assistance au suicide que cette légalisation n’est pas souhaitable. Mais il n’avait pas c’est vrai, opéré la subversion grammaticale. Ce qui a amené le groupe de citoyens à dénaturer le verbe se suicider repose, semble-t-il, sur le fait qu’une demande volontaire de mort équivaut, selon eux, à un suicide quel que soit le mode opératoire. Ainsi est placée au-dessus de tout, la volonté qui donne à la personne la faculté d'exercer un choix libre guidé par la raison, dans la visée d’une fin désirée. Cette prise de position participe du respect de l’autonomie de la personne, pierre angulaire de la relation-médecin malade contemporaine. 
Toutefois, sans remettre en question la primauté de l’autonomie, on peut se demander si dans leur réflexion, les citoyens ont pris en compte le fait que l’expression d’une volonté n’est pas un acte et s’ils ne confondent pas dire et faire. Un sujet qui dit « je veux mourir » n’est pas toujours un sujet qui se tue. Par ailleurs, ils ont sous-estimé les conséquences humaines et sociétales de leur posture. Sur la personne du médecin tout d’abord qui, n’agissant plus selon sa volonté propre, devient l’instrument de la volonté d’autrui. Dans la proposition nouvelle, le médecin dont la mission historique est de soulager la souffrance et de protéger la vie, se trouve face à l’injonction de donner la mort. L’avis N° 21 réaffirmait pourtant il y a peu de temps le maintien de l’interdiction faite aux médecins de  « provoquer délibérément la mort» protège les personnes en fin de vie […] il serait dangereux pour la société que des médecins puissent participer à « donner la mort. »  
Il faudra bien des ressources au médecin pour faire tenir ensemble cette contradiction quand il lui sera demandé d’être « suicideur ». Il pourra peut être ne pas se poser trop de questions au nom de ce qu’il nommera compassion. Il pourra aussi être soutenu dans son rôle par l’idée que véhicule en elle-même la subversion grammaticale qui conduit au verbe « suicider ». En effet, elle le dédouane de l’acte mortifère car, même s’il injecte la substance létale, il pourrait se convaincre, en conscience, que ce n’est pas lui qui donne la mort mais bien la « volonté » de la personne malade qui agit. Il donnerait la mort sans être l’auteur de la mise à mort ce qui pourrait contribuer à banaliser l’acte. 
 La subversion grammaticale n’est pas non plus anodine pour la personne malade elle-même. Le fait que le suicide qu’elle demande soit exécuté par un tiers peut obérer une part de sa liberté. Dans le suicide assisté « classique », la personne libre, peut in extremis ne pas passer à l’acte. En Oregon, plus de 30% des personnes disposant d’une substance létale prescrite conformément à la loi sur le suicide assisté, ne l’utilise pas. Qu’en serait-il si un tiers est l’exécuteur ? 
Les membres de la conférence de citoyens semblent troublés par cette idée quand ils rédigent Pour autant nous insistons sur la nécessaire vigilance à apporter dans les cas où le suicide médicalement assisté concernerait des personnes n’étant pas en capacité de réaliser le geste par elles-mêmes afin de prévenir toute dérive. 
 Mais la subversion grammaticale a peut-être un autre mobile : intégrer dans le suicide assisté l’acte d’euthanasie tel que défini au Pays Bas et ainsi libérer le mot euthanasie. Il peut alors être utilisé pour qualifier la mort donnée à une personne en fin de vie hors de sa demande. C’est ce que font les membres de la conférence citoyenne qui entendent par euthanasie le cas d’une mort médicalement assistée sans qu’il ait été possible d’obtenir le consentement direct de la personne. Position périlleuse tenue par le groupe au regard du code pénal français selon lequel « Le fait de donner volontairement la mort à autrui constitue un meurtre ». 
Or il n’était pas utile d’en arriver là dans la mesure où le CCNE dans l’avis N°121 préconise le respect du droit de la personne en fin de vie à une sédation profonde jusqu’au décès si elle en fait la demande, lorsque les traitements, voire l’alimentation et l’hydratation, ont été interrompus à sa demande. Si cette subversion grammaticale est validée, elle pourra faire jurisprudence. 
Un apprenti despote voulant se faire élire démocratiquement pourra « désister » ses adversaires politiques et « abstenir » les électeurs rétifs. Torturer la grammaire et le sens des mots pour servir une cause n’est jamais anodin, les régimes autoritaires l’ont montré. Les citoyens de la conférence du 13 décembre s’y sont essayé sans que l’on sache vraiment à qui ceci peut profiter. Il n’est pas utile de recourir à une subversion grammaticale dans un domaine où l’arsenal législatif, les différents avis et rapports en matière de fin de vie peuvent parfaitement être opérants. Il faut pour cela que la loi Leonetti, le rapport Sicard et l’avis N° 121 du CCNE soient connus, respectés et appliqués sans qu’il soit nécessaire de rajouter des lois aux lois. 
L’existant peut assurer à la personne une fin de vie honorable, sans bafouer ce qui fait société. Pour le dictionnaire Littré « se suicider » est un barbarisme. Que dire alors de « suicider quelqu’un » ?


Michel HASSELMANN

Médecin, Professeur de Réanimation Médicale – Université de Strasbourg
Directeur de l’Espace de Réflexion Ethique Région Alsace


vendredi 28 mars 2014

2 géants et 1 nain

En ces temps incertains, tendus et compliqués, nous assistons à la fois à un Anschluss « Sauce Poutine », à une réaction timide de l’Europe et les Américains qui suivent cela et mène le tempo de la réponse et de la riposte.
Tout cela met en évidence les points suivants :

1- L’incapacité de l’Europe à peser sur les événements importants et graves. Nous n’assistons plus qu’à des gesticulations et des vociférations. In Fine, V. Poutine continue de dérouler son schéma de retour à la Grande Russie, passant outre les conventions internationales, le droit des peuples et mettant en péril son économie déjà fragile et peu modernisée.

2- La trop grande dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie qui empêche cette liberté de manœuvre et de propos. La crainte majeure étant de voir les Russes bloquer leurs approvisionnements de Gaz et de pétrole ou d’en augmenter fortement les prix, ce qui mettrait en péril les économies des pays européens déjà affaiblies par la crise financière et structurelle.

3- L’absence de vision, de politique étrangère et de défense fait cruellement défaut. Entre le dialogue permanent, infructueux, entre Angela Merkel et Vladimir Poutine, des actions diplomatiques des autres pays et la menace de sanctions sont les seules actions que l’Europe est capable de faire.

Tout résulte que l’Europe n’est qu’une Grande zone Économique, stable et prospère. Elle se veut influente et veut peser sur les événements du Monde, montrer une direction, tenir tête , mais elle ne l’est pas et ne le peut pas.
En effet, les pays de l’UE n’arrive pas à avoir de vision politique, diplomatique, militaire, de défense commune – comment est ce possible à 28 ?-
Les pays de l’UE issus de l’ancien Bloc Soviétique, les pays à culture Anglo saxonne, les pays du Scandinaves, le bloc Allemand et la France n’ont pas les mêmes visions, les mêmes intérêts. Comment alors parler d’une voix commune, haut et fort et en se faisant respecter ?
La trop grande dépendance vis-à-vis des États Unis est également un élément bloquant. Pourquoi vouloir protester contre les Russes, imposer des sanctions économiques, alors l’invasion de l’Irak par les USA, illégale, basée sur des mensonges proférées devant le conseil de securité de l’ONU, a apporté un soutien de certains pays de l’UE et une réaction contre menée par la France. En fin de compte, pas de sanction, on a laissé faire.
V. Poutine en fait de même. Qu’on le veuille ou non la Crimée sera Russe.
Alors prendre les armes et faire la guerre ? contre un ennemi lointain et faible et au nom de valeurs, oui, mais contre les Russes qui sont si près de nous, de qui nous dépendons en énergie et qui ont l’arme atomique, c’est non. Quels moyens humains, militaires et financiers avons-nous seuls ? Aurons nous l’appui des USA, déjà très challengés en Afghanistan et en Irak ? Nos économies sont exsangues, nos déficits abyssaux et nos budgets militaires sont en baisse.

Le monde développé a fait le choix du social, du développement économie, de l’entraide et de la paix. Pour autant il faut se donner les moyens de nos ambitions, qui passent par :

Mettre en place, une politique diplomatique commune forte avec une vision claire, et cela ne peut se faire que dans une Europe politique et limitée à quelques pays
Organiser une Armée Européenne, un OTAN de l’UE, pour mutualiser les coûts, les moyens, les compétences et l’efficacité.
Avoir une politique d’indépendance énergétique avec un mix qui donnerait la grande à l’énergie décarbonnée et qui nous rendrait moins dépendant des autres.
Développer un nouveau modèle de développement et de croissance, pour ne plus etre un suiveur mais un leader
L’Europe est un continent sans ressources énergétiques fossiles et sans matière première. Nous devons donc créer notre indépendance en utilisant notre ressource intellectuelle (compétences et intelligences)
L’Europe est une Puissance économique Forte, prospère et démocratique. Elle est enviée et copiée par tout le monde.

Nous arrivons à la croisée des chemins où l’Europe doit prendre son destin en main, doit avoir les outils pour assurer la sécurité de son territoire et enfin de grandir en étant un partenaire à part entière des USA e des autres puissances.

Les Élections qui arrivent sont une occasion de reprendre la main et de faire de l’Europe la puissance qu’elle doit être et ne plus être et se comporter en « nain » politique et économique

F.NOURMAMODE

Crédit image : Jack le chasseur de géants - Bryan Singer

mercredi 19 mars 2014

Enfumage !


Bossuet disait : "Dieu se rit de ceux qui se plaignent des effets dont ils chérissent les causes !".
Ce constat trouve toute son actualité. Déclinable aujourd'hui en de très nombreux domaines, l'un en particulier mérite réflexion, car il trahit cette malheureuse propension "franchouillarde" à penser que nous avons raison contre le monde entier, et à foncer vers le précipice en klaxonnant !

Aucun citoyen de ce beau pays n'aura échappé aux images d'un ciel grisâtre, et d'un soleil voilé. Aucun citoyen n'aura échappé aux diagnostics des "Diafoirus" sur les causes, les symptômes et les remèdes, face à une pollution, rarement atteinte depuis de longues années, mais dont tout permet de penser que la récurrence sera désormais assez fréquente.

Certains citoyens, auront vu ou entendu, des lanceurs d'alertes, comme C. Lepage, experte égarée en politique, souligner qu'une loi sur l'air existe depuis près de 20 ans, et qu'il eut suffit déjà d'appliquer la loi pour ne pas en arriver là. Mais me direz-vous, où en sommes-nous arrivés ?

Nous en sommes arrivés à ce formidable paradoxe de voir une activité, un produit, néfaste à la santé publique, le diesel, être à la fois subventionné directement et indirectement, et être générateur de coûts induits pour le budget de la santé, et de manque à gagner pour le budget de l'État !

Une nouvelle fois, un "champion français" contraire à l'intérêt général a été privilégié par des pouvoirs publics manipulés par des lobbies de toute nature et aveuglés par une lecture court-termiste de la gestion du bien-être citoyen.

Car c'est bien de cela qu'il s'agit, le diesel a été promotionné, à l'achat des véhicules, au niveau du prix à la pompe (TIPP moindre), mais aussi au niveau du fléchage des crédits recherche, là où le moteur hybride ou thermique est resté le parent pauvre, générant de graves déficits de compétitivité pour nos constructeurs.

Voilà très rapidement brossée l'approche politico-industrielle. Il en est une autre qui me tient tout particulièrement à coeur, l'impact santé publique. La France est sans doute l'un des rares pays au monde, qui subventionne puissamment, directement et indirectement, un produit dont l'OMS reconnait qu'il a des effets sur la santé humaine, par le biais de différentes pathologies, au premier rang desquelles le cancer du poumon.

Juste un petit chiffre pour situer les enjeux, mais sans perdre de vue "l'humain", le traitement d'un cancer du poumon, sans préjuger de l'issue, s'élève à 13 000 euros, à rapprocher des 30 000 décès attribués à ce cancer et lié à la pollution de l'air.

Je n'irai pas plus loin dans l'instant, sauf à souligner qu'au moment où l'on rabote des niches, au moment où l'on se pose des questions sur notre déficit et notamment celui des comptes de la santé, il serait peut-être temps de se poser les bonnes questions.

Pour nous, l'une relève du vrai courage politique, et l'autre du simple bon sens citoyen. Cette affaire de lutte contre les pollutions, et d'harmonisation des politiques énergétiques et industrielles, montre si besoin est qu'une Europe repensée est indiscutablement l'échelon pertinent pour des mesures efficaces, gardienne de la santé des populations aujourd'hui, et soucieuse de celle des populations à naitre... cela s'appelle le développement durable.

R Hasselmann
Le Cercle Les Échos
16 mars 2014

dimanche 16 mars 2014

HABILITATION !

La position de LIBR'ACTEURS qui entend rendre le citoyen acteur de son destin, par une régénération de notre démocratie, est, par les temps qui courent, assez confortable. Confortable, car dans le cadre des élections Européennes qui se profilent, il nous est donné, de rencontrer beaucoup de monde, et d'être associés et invités à de nombreux colloques ou réunions.

Nous en retirons une quasi-certitude, confortée par nos échanges et conversations. COPPE/SARKOZY/BUISSON, au delà des signes évidents de dégradation du principal parti d'opposition, et du "mauvais cas" pour un ancien Président tenté par le goût du "revenez-y", ces 3 dossiers, sans préjuger des suites commandent l'URGENCE!!
Urgence pour l'actuel hôte de l’Élisée de justifier pleinement son "outing' social démocrate!

Urgence pour les personnalités éprises de démocratie et d'humanisme de s'unir, par delà les égos, les écuries et les affichages partisans, dont le citoyen ne veut plus!

Urgence enfin pour ces mêmes citoyens, épris de justice et de solidarité, lucides et ayant une certaine idée des réalités d'accepter les réformes indispensables et les menus sacrifices qu'elles induisent.

Ces réformes ne seront possibles qu’à partir d'un socle républicain indiscutable, constitué de personnalités visibles, instrument et soutien de nature à donner au Président de la République, le courage de l'action!

Action simple à décliner en étapes:

*Une loi d'habilitation sur les points à reformer, structures de l’État, formation professionnelle, transparence financière, etc.

*constitution de conventions citoyennes, pour réunir des "citoyens impartiaux" aux fins de participer a l'élaboration et donner avis sur l'architecture des mesures.

*mise en œuvre par ORDONNANCES, autorisées par l'habilitation.

Au fait si par malheur cette loi d'habilitation de bon sens n'était pas votée, le socle Républicain évoqué supra, donnera un ultime courage. Courage de la dissolution de l'AN pour se donner, enfin une vraie représentation citoyenne, de français, qui savent qu'il faut à la fois veiller au bien être de notre quotidien, tout en arrêtant d'obérer puissamment celui des générations futures.

La situation politique, économique et sociale du pays mérite sans conteste que tout cela soit mis en perspective, nous nous y employons, avec d’autres par le biais de Rassemblement Citoyen

R HASSELMANN.

dimanche 2 mars 2014

ACTEUR DE SON DESTIN !



ACTEUR DE SON DESTIN !

Lors d’une récente réunion de travail locale, j’ai été amené a justifier la croisade de LIBR’ACTEURS et du RASSEMBLEMENT CITOYEN, pour rendre le citoyen acteur de son destin.
En cette affaire permettez-moi de me référer à SCHUMPETER, pour faire du neuf il faut casser de l’ancien, ou pour le dire autrement, la destruction de certaines citadelles peut être créatrice.

C’est à mon sens l’un des axes majeurs à l’aube des prochaines élections Européennes. Il faut effectivement avoir le courage de dire et d’écrire que l’EUROPE est à repenser et à rebâtir. Le nier est faire le lit des extrêmes ou celui de l’abstention.

Face à l’Europe, le citoyen de base est mal à l’aise. Mondialisation, nouvelles technologies, dictature de l’urgence, sont pour beaucoup autant de chevaux de Troie de l’impérialisme économique US, du dumping social des BRICS, enfin et surtout terreau fertile pour les capitaux douteux et les lobbies de tous genres.

Nous devons dire que nous ne sommes pas dupes, et qu’une Europe trop ouverte ne nous protège pas. Le temps est venu de revoir le lien entre le territoire de proximité et le global, européen ou mondial. Certains on parlé de « GLOCAL ».

Les Etats n’ont plus le monopole du pouvoir.ils sont challengés, par les multinationales, les fonds « souverains » ou pire « Hedge Funds », par les maffias qui pervertissent la démocratie.
L’Economie mondiale comme l’économie Européenne n’est plus maitrisée par les Etats mais par des instances hybrides, qui pondent des normes. Il ne s’agit pas de lois, pas de décrets, pas de codes, mais des diktats élaborés dans un flou artistique coupable, compte tenu du poids qu’elles ont sur le quotidien de nos concitoyens.

Nous devons dire, que nous ne prenons pas le libre échange pour argent comptant et que P BAIROCH a raison quand il dit qu’aucun corps vivant ne peu survivre longtemps, si il accepte tout de l’extérieur, sans trier le bon grain de l’ivraie entre ce qui lui est vital et ce qui lui nuit.
C’est a l’aune de cette lucidité que nous devons peser pour que l’Europe de demain, dans des frontières revisitées, joue ce rôle de filtre protecteur, et d’agent re-distributeur pour atténuer les effets d’une mondialisation qui détruit et creuse les écarts. Une EUROPE, qui doit s’attacher à assurer les grands fondamentaux du bien être, en santé publique, sécurité, emplois et éducation notamment.
Le reste relève du détail, ou de la proximité, et donc du bon principe de subsidiarité.

R. Hasselmann

lundi 17 février 2014

Votez pour VOUS !



Pour la liste EUROPE CITOYENNE et pour LIBR’ACTEURS en particulier, ces mots sont pesés et donne sens à notre engagement.
Notre association, œuvre depuis plus de 10 ans pour rendre le CITOYEN ACTEUR DE SON DESTIN, car nous pensons comme ARISTOTE, que « chaque citoyen doit être tour a tour gouvernant et gouverné. »

Cela nous a conduit à cofonder le RASSEMBLEMENT CITOYEN, creuset de rencontres et de sensibilités et, dans ce cadre, à impulser le socle projet de la liste EUROPE CITOYENNE (Visitez Europe Citoyenne).
Nous avons œuvré pour la fin du cumul des mandats, pour la prise en compte du vote blanc, les avancées sont largement insuffisante à nos yeux.
Nous plaidons aussi pour une régénération démocratique, qui passe par une réécriture de notre constitution, incompatible avec l’émergence des nouvelles technologies, qui doivent permettre au citoyen de suivre en temps quasi réel le respect et l’exécution du mandat confié.

L’article 27 de la constitution édicte « TOUT MANDAT IMPÉRATIF EST NUL » !
A l’heure de l’émergence de la démocratie connectée, il est temps d’en finir avec cette aberration, qui ouvre la porte à tous les reniements, les marchés de dupes et les votes godillots !

En votant pour la liste EUROPE CITOYENNE vous voterez pour vous, car vos élus, issus de vos rangs, auront UN MANDAT IMPÉRATIF, dont ils devront vous rendre compte régulièrement.
Le temps est fini, ou le parlementaire Européen, élu pour 5 ans se fond dans un anonymat douillet, profitant d’indemnités, crédits et autres menus avantages, et agit à sa guise, ou pour plaire aux lobbyistes de tous poils qui ont bureaux ouverts à BRUXELLES.

La force d’EUROPE CITOYENNE, c’est que ses élus, vos élus, seront vos lobbyistes, comptables du mandat confié et des résultats constatés, sur vos attentes à savoir :
  • Une EUROPE plus proche avec des députés porteurs de ce seul mandat, et disposant de pouvoirs et de moyens accrus.
  • Une EUROPE du citoyen, qui prend en compte les priorités sociales, santé, emploi, éducation et y affecte les crédits nécessaires.
  • Une EUROPE qui comprend la transition écologique, comme moteur de l’économie et de la recherche.
  • Une EUROPE qui éradique sans faiblesse, ceux de ses membres qui sont défiants, ceux de ses membres qui font le jeu, des lobbies, économiques et financiers extracommunautaires, prompts a pervertir le politique, ceux de ses membres qui rêvent d’une Europe « à la carte » !!!

4 axes, pour les quels vos mesures concrètes, viendront confirmer ou compléter nos travaux.
C’est le sens de cet espace, de concertation et de collaboration à ne pas confondre avec les consultations, pour se donner bonne conscience.

La nouvelle technologie ouvre ce champ démocratique nouveau à vous, à nous de savoir en user pour le bien du plus grand nombre.
Merci de votre attention et votre implication.

Par Richard HASSELMANN, Président de Libr'Acteurs


Site : Europe Citoyenne
Crédit image : artiste non identifié, photo tirée du blog InZeStreet

lundi 3 février 2014

MOTS CROISES !


En ces jours de manifestations diverses et variées, ou comme aurait dit Astérix " La tortue de César, croise celle de Scipion", il nous paraît utile de revenir a l'essentiel : La France est très malade de sa démocratie et des moteurs supposés de celle-ci, ses élites consanguines, lovées dans les plis douillets de la politique "à vie", des médias d'opinions et de la haute fonction publique.

L'écoute, la fréquentation et la lecture de tout ce beau monde reste néanmoins roborative, si vous prenez le temps, en plus de vous régaler des inepties proférées par des syndicalistes qui ne veulent pas comprendre qu'ils ne représentent qu'eux.
La semaine qui s’achève, mérite une sorte de revue de presse, tirée des ECHOS, de CHALLENGE, de L'OPINION et de l'EXPRESS, un régal vous dis-je!
Il en ressort en effet une nouvelle fois un large consensus sur le diagnostic  de nos maux, sur la forme et le fonds.

Sur la forme, il n'étonnera pas le lecteur, que pour avoir fondé LIBR'ACTEURS qui œuvre pour un "Citoyen acteur de son destin", nous ayons relevé avec intérêt le billet de RP DROIT (LES ECHOS du 31.01) "La politique entre discrédit et grandeur".
On y pointe l'addition des dérives et poisons instillés dans notre démocratie  et un rappel salutaire des fondements de la Grèce Antique à adapter aux apports des NTIC
L'espoir de voir le citoyen prendre conscience qu'il a, par son bulletin de vote, le pouvoir entre ses mains risque d'être déçu, si l'on croise cela avec le trombinoscope dressé par l’Opinion du même jour, et titré "Municipales la nouvelle vague".
A l'heure où l'on rêve de la fin de tout cumul des mandats (hormis celui de Conseiller Municipal de base), à l'heure où l'on veut tordre le cou aux pieuvres "partidaires", on découvre que sous couvert de jeunesse, la majeure partie des postulants au fauteuil de Maire de belles villes, sont des bébés apparatchiks nourris dans l'ombre du parti et pour la plus part déjà titulaires d'autres mandats.

Sur le fonds, aprés la conversion sociale démocrate du Président de la République, nous recommandons ici la lecture croisées, d'un billet d'Eric LE BOUCHER (Les ECHOS du 28.01) intitulé "Quand Hollande réssuscite le Rapport Attali" et  coïncidence, l'édito de ce même J ATTALI dans l'EXPRESS N°3263 du 15.01, avec pour titre "DECIDER" et un sous titre "François Hollande doit sortir de l'ambuguité" .

Là encore, pour nous qui prônons le courage, et avons en son temps soutenu le rapport PEBEREAU, nous ne pouvons qu'appuyer cet appel à une mise en œuvre, sans faiblesse des réformes que la très large majorité des citoyens attend.
Cela commence par la fin du cumul des tous les mandats qui donnera le vrai courage, en évacuant le clientélisme terreau de la réélection, mais surtout cela implique la fin de tous les statuts particuliers et exorbitants et l'affirmation ferme des mission régaliennes de l’État.
SANTÉ/ENSEIGNEMENT (mieux qu’Éducation) / SÉCURITÉ(intérieure, exterieure et logistique) / FINANCES et CONTROLE.
Pour y pourvoir des fonctionnaires , redéployés et considérés, et des règles strictes de contrôle et de sanctions du respect de la norme édictée.
Le reste relève sans doute de la subsidiarité, de la citoyenneté active de proximité, et devrait nous ramener a cette démocratie athénienne, dans un espace pertinent proche de l'Agora.