vous invite à entendre le chant des Cumulards

jeudi 6 mars 2008

Libr'acteurs lance un cycle d'interviews

Le collectif Libr'acteurs se place dans une optique d'ouverture, d'information et de réflexion. En complément des articles que nous publions et des rencontres que nous sommes en train d'organiser, il nous semble intéressant de recueillir les témoignages et points de vue de divers acteurs de terrain sur nos thèmes de prédilection.

Nous profitons des élections municipales et cantonales pour démarrer un premier cycle d'interviews, qui se poursuivra au fil de l'eau, sur 2 thèmes : le cumul des mandats et la réforme de l'Etat.


Nous précisons que nous avons proposé ces questions sans exclusive partisane. Aussi nous publierons (en respectant la loi sur les media entre les deux tours) les réponses des tendances politiques sollicitées qui nous les aurons fait parvenir ... à temps.


Nos deux premières interview concernent une candidate aux élections cantonales et un candidat d'une liste aux municipales. Bonne lecture et ... à vos commentaires

Cumul des mandats : Les élus s'expriment

Depuis sa création, Libr'acteurs s'est prononcé pour le non-cumul des mandats et la création d'un statut de l'élu. Il nous a semblé normal, en cette veille d'élections municipales et cantonales, d'interroger quelques élus locaux sur ce thème.

Nous commençons notre cycle d'interviews par Jean-François Brugnon, adjoint au sport et aux technologies de l'information et de la communication à la Ville d'Albertville (Savoie), et candidat (UMP) aux élections municipales des 9 et 16 mars 2008.


Bonjour Jean-François Brugnon.

Libr’acteurs : Vous êtes un élu local depuis 1995. Détenez-vous plusieurs mandats ?

Jean-François Brugnon : Je détiens un seul mandat, celui d'adjoint à la ville d'Albertville en Savoie.

Libr’acteurs : Pensez-vous possible de supprimer le cumul des mandats ?

Jean-François Brugnon : Oui, à condition de revaloriser les indemnités des élus ...

Libr’acteurs : Etes vous hostile ou favorable au cumul des mandats ?

Jean-François Brugnon : Je suis hostile au cumul des mandats mais je comprends les raisons de ces cumuls.

Libr’acteurs : Quels cumuls vous semblent possibles ou devraient continuer à exister ?

Jean-François Brugnon : Les mandats d'élus locaux ( mairie ) avec les mandats intercommunaux ( syndicats, intercommunalité )

Libr’acteurs : Que pensez-vous d'un vrai statut de l'élu en cas de non-cumul des mandats ?

Jean-François Brugnon : Je suis pour mais des lois devront être prises, notamment pour protéger les salariés vis à vis de leurs employeurs. Sans vrai statut de l'élu, les bonnes volontés vont se faire rares...les classes dites favorisées ou certains corps de métier vont continuer à dominer dans le monde politique avec toutes les dérives induites...

Libr’acteurs : Comment le verriez-vous ?

Jean-François Brugnon : Ce statut devrait être reconnu par l'employeur ( aménagement du temps de travail, avantages de carrière maintenus...) Une meilleure indemnité.

Libr’acteurs : Ne pensez-vous pas que la fin du cumul des mandats permettrait de voir émerger de nouvelles générations d'élus ?

Jean-François Brugnon : Oui, notamment chez les femmes, le monde des PME PMI, les plus jeunes...

Libr’acteurs : Seriez-vous prêt à soutenir une proposition de loi supprimant tout cumul de mandats ?

Jean-François Brugnon : Bien évidemment.

Merci Jean-François Brugnon

Une interview exclusive Libr'acteurs



Bonjour Brigitte Karyta

Question : Vous êtes candidate (MoDem) aux élections cantonales des 9 et 16 mars 2008 dans le canton de Bourgoin-Jallieu Nord, en Isère .

Libr'acteurs : Le Conseil général, cette institution qui gère le département, n’a t-elle pas pris un « coup de vieux » depuis la création et la mise en place des Conseils régionaux ?

Brigitte Karyta : C’est plus qu’un coup de vieux ! Il faut réformer car depuis la mise en place des conseils régionaux en 1982, le maintient des conseils généraux n’a plus guère de sens. Ils constituent une strate administrative supplémentaire donc des dépenses supplémentaires. Il n’est pas rare de trouver sur certains dossiers les conseils généraux et le conseil régional en concurrence. Quelle perte de temps d’énergie et d’argent alors que nous devrions nous déployer plus fortement au niveau des régions car c’est la seule strate territoriale qui fait sens au niveau Européen.

Libr'acteurs : Que pensez-vous d’ailleurs de la proposition de la commission ATTALI de supprimer les départements ?

Brigitte Karyta : J’y suis bien évidemment favorable. Je me présente au conseil général car je souhaite y faire entendre une voix nouvelle. Je ne me cramponnerai pas à mon mandat si je suis élue. Je souhaite une région forte avec un autre mode d’élections plus démocratique qu’actuellement. Un mode d’élection à la façon des cantonales est plus garant d’une bonne représentativité des citoyens et donc d’une bonne démocratie de proximité.

J’ai malheureusement le sentiment que nous n’y arriverons pas avec les élus que nous avons actuellement qui sont souvent en poste depuis plusieurs mandats. J’en veux pour preuve la réforme des plaques d’immatriculation, réforme qui vous l’avouerez n’est pas de matière à bouleverser nos institutions. Certains élus locaux n’ont pas hésité à se jeter dans la bataille du « non à la réforme »sous prétexte que le numéro de nos plaques d’immatriculations serait une institution qui porterait témoignage de notre diversité culturelle ! N’y a-t-il pas de combats plus importants et moins ridicules à mener actuellement ?

Libr'acteurs : Un citoyen peut aujourd’hui faire appel à son maire, conseiller général, conseiller régional, député ou sénateur pour régler un problème. Ne pensez-vous pas que le cumul d’élus agissant sur une même région ou un même département soit pénalisant en termes d’efficacité ?

Brigitte Karyta : Oui, bien que certains n’aient pas honte de s’exclamer dans la presse que le cumul des mandats est une chance (pour qui ?) comme dernièrement dans les colonnes du Dauphiné Libéré. Je considère pour ma part que le cumul de certains mandats nous empêche au contraire de réformer. Ces élus qui collectionnent les mandats comme d’autres les médailles ne peuvent être efficace sur tout les terrains, ils ne font plus que de la représentativité et encore !

Libr'acteurs : Le nombre important d’élus cumulant plusieurs postes clés nous amène à vous poser la question du cumul des mandats. Y êtes vous favorable ?

Brigitte Karyta : Je pense que vous avez compris que je ne suis pas favorable au cumul des grands mandats électoraux.

Libr'acteurs : Combien, selon vous, un élu devrait-il détenir de mandats locaux ou nationaux au maximum ?

Brigitte Karyta : Pour pouvoir accéder à un mandat national, régional ou départemental il faut au minimum avoir fait ses preuves dans un mandat local. Impossible donc si l’on n’est pas conseiller communal ou adjoint de parvenir à être entendu. Je considère qu’il n’est pas incompatible d’être un élu local et d’être aussi élu à échelon plus important tel que les départements ou la région. Par contre lorsque je dis élu local cela ne veut pas dire Maire.

J’estime en effet que le mandat de Maire, même dans les petites communes, ne peut actuellement s’exercer que dans sous forme d’un quasi temps plein. C’est une responsabilité de tous les instants. Etre Maire de nos jours est incompatible avec d’autres mandats de même qu’il me semble anormal de cumuler plusieurs mandats nationaux.

Pour simplifier je ne serais pas contre le fait qu’un député soit également conseiller ou adjoint de sa commune, de même pour un conseiller régional ou général. Cela leur permet de garder les pieds sur terre et de répondre à la légitime aspiration des électeurs d’avoir des élus proches de leurs préoccupations quotidiennes.

Libr'acteurs : On reproche parfois aux élus de ne pas suffisamment représenter la composition socio-économique de notre pays. Par exemple, on trouve très peu de salariés du privé dans les exécutifs locaux et surtout nationaux. Comment faire, selon vous, pour changer cette situation ?

Brigitte Karyta : Je ne vois pas beaucoup de solutions actuellement. Comment un salarié du privé peut il vivre sans son salaire ? Comment peut-il être sûr de retrouver son poste à la fin de son mandat sans pénaliser son entreprise et la personne qui l’aurait éventuellement remplacé ?

Il y a les grosses entreprises ou des administrations qui peuvent se permettre de détacher du personnel et les petites entreprises qui ne le peuvent pas. Cet état de fait a pour résultante que nos élus ne sont généralement représentatifs que d’une certaine typologie de notre société et nous condamne à cette fâcheuse tendance à la langue de bois.

Merci Brigitte Karyta


Une interview exclusive Libr’acteurs

mercredi 5 mars 2008

Découvrir et construire Libr'acteurs

L'association Libr'acteurs est née il y a quelques mois de l'initiative de citoyens d'âge et de sensibilité diverses. Libr'acteurs est un mouvement pluraliste et libre de toute influence partisane.

Les Libr'acteurs estiment que seule l'arrivée de nouveaux talents peut permettre au pays d'épouser enfin son époque et de préparer son avenir. Le cumul des mandats, dans le nombre et dans la durée ainsi que l'absence d'une véritable légitimité d'une partie importante du personnel politique constituent pour Libr'acteurs la cause première des blocages constatés aujourd'hui.

Le non cumul des mandats (et le statut de l'élu) représente donc la "mère de toutes les réformes". Il convient également de forger un nouveau modèle économique et social, appuyé sur un référentiel de valeurs modifié, réservant une place privilégiée à l'économie sociale et solidaire, à la conscience de la terre et à l'intérêt des générations futures (les questions des retraites et de la réduction de la dette sont ainsi prioritaires !)


Les partis, trop concentrés en permanence sur le combat électoral, doivent enfin s'ouvrir en accordant notamment une vraie place à ces thèmes et aux citoyens qui les portent au quotidien. Contribuer à cette ouverture est le but que s'est fixé Libr'acteurs. L'actualité démontre qu'il y a urgence et les élections européennes et régionales qui approchent seront de vrais enjeux.

A partir de ce mois de mars, nous invitons les citoyens intéressés par notre initiative à en discuter en petit comité (10 personnes maximum pour pouvoir échanger) notamment avec Richard Hasselmann, Président de Libr'acteurs, lors de plusieurs petits déjeuners.

Ces petits déjeuners seront l'occasion de vous présenter les objectifs et la future structuration de Libr'acteurs et aussi et surtout de recueillir vos suggestions ou ... amicales critiques.


Café, croissant et politique... Les dates des trois premiers petits déjeuners d'échange autour de Libr'acteurs sont fixées : 18 mars, 27 mars et 10 avril. Pour connaître l'horaire et le lieu de ces petits déjeuners, pour vous y inscrire ou pour plus d'infos, contactez libracteur@gmail.com

Crédit et copyright image
Cartoonstock

lundi 3 mars 2008

Laicité suite ... sans fin

Un mur s’érige avec force.

Face aux idéaux des Lumières, des mouvements proposent une autre modernité , opposant à l’individu la communauté , déterminisme contre démocratie, deux conceptions de la citoyenneté et de l’égalité

Herder, philosophe du 18ème siècle défend une modernité communautarienne , historicite, nationaliste , une modernité pour qui l’individu est déterminé et LIMITE par ses origines ethniques , l’histoire , la culture, la langue, ...

Il combat ainsi Rousseau , Voltaire , Montesquieu et d’autres, pour eux la modernité est porteuse de valeurs universelles , de la grandeur et de l’autonomie de l’individu maître de son destin une modernité qui voit dans la société et l’état un instrument aux mains de l’individu parti à la conquête de la liberté et du bonheur

D’un coté, les arguments de liberté , de progrès , d’esprit laïc

De l’autre, la défense des particularismes , des communautés , un projet social et politique basé sur tout ce qui distingue et sépare les Hommes , l’histoire , la culture , la langue , la génétique , les races , qui refuse à la raison la capacité et le droit de façonner la vie des Hommes

D’une part des femmes et des hommes responsables de leurs actes et de leur avenir. D’autre part des femmes et des hommes programmés par leur milieu social , religieux , ethnique.

Tocqueville dans « démocratie en Amérique » évoque les fausses et lâches doctrines qui prétendent que les peuples ne sont jamais maîtres d’eux-mêmes et qu’ils obéissent à une force inintelligible et insurmontable qui naît d’évènements antérieurs, la race ,le sol ,le climat.

Il poursuit dans « l’inégalité des races humaines », en mettant en avant la diversité des races mais l’unicité de l’espèce humaine.

Rappelez vous la controverse de Valladolid ces sauvages d’Amérique au langage d’oiseau aux moeurs anthropophages sont ils humains ?

La philosophe Hannah Arendt répond « puisque seuls les sauvages ne possèdent que leur qualité humaine les Hommes s’accordent à leur nationalité »

Au contraire Hobbes et les auteurs de la déclaration des Droits de l’Homme ne définissent pas l’être humain par rapport à son appartenance à une communauté nationale, ainsi le sauvage a les mêmes droits que l’européen.

Nous sommes au lendemain de la deuxième guerre mondiale.

Contre tous les racismes les nationalismes, s’élève une voix, celle de Gary Davis, proclamant le concept de « citoyen du monde » et d’Universalisme

A cette universelle égalité des citoyens, aveugle aux différences , s’oppose la conception de Taylor qui prétend reconnaître des droits particuliers aux individus et aux groupes je le cite « la politique de la dignité universelle a lutté pour des formes de non discrimination aveugle aux façons dont les citoyens diffèrent entre eux »

La politique de la différence redéfinit souvent la non discrimination comme demandant que nous fassions de ces distinctions le fonde ment même du traitement différentiel, donc plus de moule homogène.

Je reviens à mes interrogations, les murs sont ils des solutions ?

Comment jeter des ponts entre les peuples, plutôt que de construire des murs qui les séparent et les rendent ennemis ?

Comment peut on au delà des murs , retisser les liens de l’humanité fragmentée ?

Le poète allemand Holderlin le disait : « Là ou croit le danger , croit aussi ce qui sauve »


Eric CAMPION