lundi 26 janvier 2009

Les armes de la France …

La France aurait-elle perdu sa culture du débat ?

Les grands débats publics ne sont pas légion depuis de longues années. Maintenant. J’ai pour ma part le sentiment que, depuis le débat de 1981 sur la peine de mort, les grands débats publics sont en fait plutôt soigneusement évités.

La question européenne est celle qui a le plus suscité de débats. En apparence. Car elle a surtout été instrumentalisée et transformée en référendum pour ou contre le gouvernement en exercice au moment du débat.

Nicolas Sarkozy a le mérite de poser régulièrement des questions de fond (travail le dimanche, juge d’instruction, majorité pénale, publicité dans l’audiovisuel public…). Mais ces questions sont traitées à toute vitesse, sans vraiment qu’un débat puisse s’instaurer sereinement. Et quand le débat s’instaure et qu’une majorité semble se dessiner contre le projet proposé, le gouvernement fait rapidement marche arrière.


Pourtant des questions importantes, qui interrogent nos valeurs républicaines et humanistes, mériteraient d’être débattues. Un exemple, la vente d’armes. La France, à l’image de ses collègues membres permanents avec droit de veto au conseil de sécurité de l’ONU, est un leader de la fabrication et de l’exportation d’armes.

En fait, cinq Etats assurent à eux seuls environ 80% des ventes de matériels militaires dans le monde. Pourtant l’article 26 de la charte des Nations unies souligne que « la condition indispensable pour favoriser l’établissement et le maintien de la paix et de la sécurité internationale est que les Etats ne détournent vers les armements que le minimum de ressources humaines et économiques du monde ». Ces Etats, en assurant la prospérité de leur industrie de l’armement et, dans le même temps, s’offusquant des conflits armés qui perdurent ou apparaissent de par le monde, excellent dans le registre de l’hypocrisie.


Entre le naïf qui nous dira qu’un monde sans arme est possible demain et le cynique pour qui l’armement est un bon moyen d’améliorer notre balance commerciale et d’accroître notre emprise sur certaines régions du monde.

N’y a-t-il pas la place pour un débat sur la place que doit être celle du commerce des armes dans notre démocratie ? Jamais ce débat n’a véritablement été mis sur la place publique, alors que cela aurait pu être le cas, par exemple, lors de la visite de M. Kadhafi en France l’année dernière.


Il s’agit pourtant de nos valeurs communes et de l’image de notre pays. De notre exemplarité aussi. Car l’histoire et le prestige de la France font que notre comportement est forcément observé.

La France ne devrait-elle pas montrer la voie en matière de limitation du commerce des armes ou tout du moins avoir une vraie réflexion sur le sujet ?

Nous en sommes loin aujourd’hui : Lors des déplacements du Président de la République, les grands patrons de l’armement sont quasiment toujours présents dans la délégation qui l’accompagne et la signature de contrats de matériels militaires presque toujours d’actualité.

Ce "particularisme" nous amène une fois de plus à demander une véritable limitation du cumul des mandats pour favoriser le renouvellement du personnel politique et limiter sa professionnalisation, pour que de nouveaux hommes et de nouvelles idées intègrent la vie politique française. Car c’est en « aérant » la classe politique que des débats d’intérêt public, dont les Français sont aujourd’hui privés, pourront émerger.


Nicolas Froissard

5 commentaires:

  1. Aérer la classe politique, pour redonner du sens au débat démocratique! Comme vous y allez Mr FROISSARD, c'est un peu sévère mais vous avez raison.L'EUROPE va fournir a LIBR'ACTEURS une belle tribune, nous sommes friands de la position de votre groupe.

    RépondreSupprimer
  2. Nicolas Froissard27 janvier 2009 à 11:17

    @scipion : merci pour ce commentaire !
    "Aérer", ce n'est pas très méchant... Ce n'est pas "tout changer". C'est simplement demander aux partis de laisser une vraie place aux citoyens qui ne veulent pas faire carrière en politique. Et je pense que si nous l'expliquons de façon positive, même les hommes politiques en exercice peuvent être être d'accord avec nous. Car ce nouveau souffle ferait du bien à la classe politique, notamment en réduisant la "fracture" entre les politiques et la société civile. Mais, les partis sont-ils aujourd'hui capables de s'ouvrir sans qu'une véritable limitation du cumul des mandats soit instaurée, that is the question ?

    RépondreSupprimer
  3. @Scipion,
    S'agissant de l'EUROPE, nous allons arrêter une base portant sur des pré-requis qui nous paraissent essentiels.A la suite et en fonction de nos engagements respectifs nous allons e^tre les ambassadeurs de cette approche collective.
    Je répète ici que nous ne sommes pas un parti mais que nos statuts nous autorisent à organiser des actions et réunions pédagogiques sur tous thémes qui nous paraissent essentiels pour rendre le citoyen acteur de son destin.Convenez que le devenir de l'EUROPE figure en bon rang!

    RépondreSupprimer
  4. C'est au moment ou l'on lance 3 EPR et ou on vend du nucléaire civil dans les pays les plus reculés, que vous pensez introduire de l'éthique et de la déontologie dans le business.
    Bon courage mais votre coup de gueule a le mérite d'exister pour ceux qui le liront.

    RépondreSupprimer
  5. @anonyme,
    Votre petit mot va dans le sens de l'histoire.LIBR'ACTEURS a tenu ce vendredi sa première AG, pour un bilan encourageant et quelques orientations dont nous reparlerons.
    L'ethique n'exclu pas les coups de gueules et des billets qui souligneront les incohérences des politiques.

    RépondreSupprimer

Bonjour et merci de venir participer à la vie de Libr'acteurs en y apportant vos commentaires et contributions.

Après avoir validé ceux-ci, vous pourrez revenir à l'accueil du blog en cliquant ICI

En cas de problème contactez le Webmaster à l'adresse suivante : libracteur@gmail.com.